Alain Lenoir, Mise à jour le 28-Nov-2020      

              Observatoire de la Biodiversité dans les Luys en Béarn

Bonjour,

Avec le confinement on a du temps pour observer la nature, alors avec Annick Lenoir (botaniste) on vous propose de partager vos trouvailles sous forme de photos. On avait déjà essayé en mars/avril lors du premier confinement avec un succès limité, mais on peut recommencer..

Alors envoyez vos photos sur ma boîte mail personnelle (alain-cataglyphis@orange.fr). On essaiera de déterminer l'espèce si c'est possible. N'hésitez pas à dire si on s'est trompé dans une détermination.. Vous pouvez aussi poser des questions et ajouter des commentaires. Merci de préciser si vous ne voulez pas que votre nom apparaisse.

Vous pourrez revenir sur cette page à tout moment.. Si vous voulez être tenu au courant des nouveautés, me le dire par mail. Je ferai un envoi chaque semaine.

Quelques espèces vues cette semaine (cliquer sur les images pour les avoir en plus grand format) :
- Fleurs : crocusombellifèrecactus étoile de mermorelle faux jasmin, fleurs de composées,
- Arbres : chatons de noisetier, cormier et ses fruits
- Champignons : amanite, helvelle crépue, coprin domestique
- Insectes : frelon asiatiquefourmis charpentièresvulcain, bourdonargus vert
- Oiseaux : rossignol du Japonpouillot véloce (?), canards
- Batraciens : rainette méridionale
- Mamifères : hérisson
- Invertébrés divers : oeufs d'escargot
- dans un champ de maïs presque rien et dans le compost de nombreux vers de terre, une iule (millepattes), des cloportes (crustacés), plein d'acariens et autres choses et même une toute petite fourmi.
- et au bord des routes ?


Quelques fleurs de composées que l'on voit partout dans les jardins (Laurine Krebs) :

      

- L'argus vert ou thècle de la ronce (Callophrys rubi, famille des lycènes) (Sylvie Elhorga). Joli papillon facile à reconnaître. Sa présence est surprenante, en principe on le voit jusqu'à fin août.. Réchauffement climatique ??

 

- La morelle faux jasmin (Solanum laxum), plante grimpante souvent sur les haies ou les murs (Laurine Krebs)


- Un coprin domestique
(Coprinella domesticus)

   

- Des helvelles crépues (Helvella crispa) (Sylvie Elhorga) 

 

- Le cormier (Sorbus domestica) et ses fruits

     

- Que voit-on sur le bord des routes ?
Trop souvent des canettes de bière et des bouteilles d'alcool, des plastiques et des revêtements de bordure en plastique. On sait maintenant que ces plastiques se décomposent lentement et arrivent dans la mer. Ils se dégradent en microplastiques qui sont absorbés par les animaux marins et que l'on retrouve par exemple dans les moules. C'est ainsi que l'on protège les jeunes arbres plantés contre le chevreuils avec un enrobage plastique, que l'on retrouve longtemps après, par exemple dans le bois de Sauvagnon. Cela pouvait se comprendre il y a 30 ou 40 ans quand on ne connaissait pas le problème du plastique, mais continuer aujourd'hui devrait être interdit..

      

- Dans un champ de maïs après la récolte c'est vide, quelques épis pour vos poules. Il faut retourner des mottes de terre pendant 10 minutes pour voir un ver de terre. La biodiversité est à zéro. Le champ est mort.

   

un ver de terre bien seul :

Et au contraire, dans le compost c'est une vie foisonnante

Des cloportes :   une iule :

des paquets de vers de terre :       

une minuscule fourmi :

- Une amanite vineuse (Amanita rubescens) bien tardive dans le bois de Sauvagnon (25 novembre) :

- Des chatons mâles des noisetiers qui sont prêts pour le printemps (Simone Megelink) :

- Des canards colvert (Anas platyrhynchos) sur le lac des Carolins (Sylvie Elhorga). Devinez qui sont les mâles :

- Un bourdon Bombus terrestris. Il s'agit d'une reine qui va passer l'hiver et fonder une nouvelle colonie au printemps (Sylvie Elhorga) :

 

- Des oeufs d'escargot (Sylvie Elhorga) : 

- C'est l'automne et une belle fleur est revenue. En fait, comme le dit la chanson il pourrait s'agir du colchique, mais il est absent de nos régions du sud-ouest. C'est un crocus (crocus d'automne Crocus nudiflorus). On peut le reconnaître en regardant de près la fleur : il n'y a que 3 étamines alors que les colchiques en ont 6.

   

Aire de répartition du crocus : de la chaîne des Pyrénées et du Sud-Ouest de la France, jusque dans la Lozère, l'Aveyron, le Lot et la Dordogne, ainsi que l'Espagne.

- Un bel oiseau qui s'est écrasé contre notre baie vitrée début novembre : le "rossignol" du Japon (Leiothrix Lutea, ce n'est pas du tout un rossignol). C'est un oiseau qui s'est échappé d'une volière du Béarn en 2001. Il se plait beaucoup chez nous et a même tendance à devenir invasif (merci Jean-Philippe Cheteau pour la détermination).

- Le frelon asiatique (Vespa velutina) a envahi la France en 2004. On en voit beaucoup voler en ce moment. Ce sont des reines qui cherchent un endroit pour passer l'hiver tranquillement et ensuite fonder une nouvelle colonie au printemps. Est-il dangereux ? Sa piqûre fait très mal, mais pas plus qu'une guêpe ou le frelon européen et moins qu'une abeille (voir ci-dessous son dard impressionnant).

- Fourmis charpentières Camponotus vagus dans un vieux tronc de chêne (Bernard et Marie-France Maynadier dans leur maison dans les Landes).

- Une belle ombellifère, peut-être la bérule dans le bois de Bernadets (Simone Megelink)

- Un petit hérisson dans un jardin à Morlaàs (Bernadette Constant)

SelonTélérama du 25 novembre le confinement a protégé les hérissons avec moins de monde sur les routes :

- Un autre oiseau qui est venu se cogner sur une vitre chez nous, peut-etre un pouillot véloce..

               

- Cactus étoile de mer, Orbea variegata, plante succulente qui n'est pas un cactus mais une Asclépiadacée.

   

- Des visiteurs sur les chrysanthèmes de Mado

Une rainette méridionale, Hyla meridionalis. C'est une espèce arboricole aux doigts munis de ventouses. La seule espèce d'amphibiens vraiment grimpeurs. Vit dans les buissons, les arbres et les roselières. On les voit parfois immobiles au soleil, entièrement à découvert.

       

Un papillon, le vulcain, Vanessa atalanta. A la fin de l'été, les adultes se rassemblent dans les vergers, pour manger les suc fermentés des fruits tombés sur le sol. On peut encore les observer tard en automne.